Pérou, partie II

février 16, 2018

Suite de « Pérou, partie I »

Après un bref séjour à Arequipa, nous quittions rapidement vers la nature avec un tour de 2 jours dans la Vallée de Colca Canyon. En dehors de la saison des pluies, nous aurions aimé y faire un trek de quelques jours. Le hasard fait bien les choses, ce tour fut un des highlight de notre voyage! Il comprenait plusieurs arrêts sur le route pour admirer la faune et les montagnes, une nuitée dans un magnifique petit village, et l’observation des condors dans la Vallée de Colca et Colca Canyon

Sur la route
Ici les vicuñas sont plus populaires que nos chevreuils!
Troupeau de vicuñas

Arrêt sur la route, point de vue des volcans.

Notre hôtel était formidable, au creux des montagnes du village de Cabanaconde. Nous y avons mangé un excellent repas en plus d’avoir eu le temps de profiter des sources thermales à proximité. La vue de notre chambre était époustouflante.

Notre hôtel à Cabanaconde
Notre hôtel à Cabanaconde et notre nouvel ami. Fort à l’aise avec les humains, presque comme un petit chien qui nous suivait partout en quête de caresses…

Le lendemain matin, direction Colca Canyon où nous aurions peut-être l’occasion de faire l’observation des condors, ces oiseaux immenses et majestueux. Comme c’est la nature qui décide, nous ne savions pas encore si nous aurions la chance d’en voir, mais voilà qu’au loin, on a déjà pu observer plusieurs spécimens en vol. Notre autobus s’arrêta donc à flanc de falaise où environ huit condors ont décollé directement au-dessus de nos têtes pour aller planer dans le canyon, une expérience vraiment unique! Je n’avais pas de téléobjectif, vous pouvez donc vous imaginer à quel point ils étaient près de nous… 

Sur la route, des paysages tous plus beaux les uns que les autres, et une petite balade pour se dégourdir les jambes. Les dames en habits traditionnels nous attendent à tous les arrêts touristiques pour vendre leur visage ou leur alpaga en photo et bien sûr tout leur attirail de babioles. C’est stupéfiant comme la marchandise semble identique partout où nous allons!

Arrêt au village de Maca où nous avons assisté à une danse traditionnelle effectuée par des écoliers. Ils avaient l’air d’avoir beaucoup de plaisir et c’était magnifique à regarder. Bien sûr, je leur ai donné quelques soles pour leur campagne de financement ainsi qu’à la fillette avec son alpaga… En arrière-plan, la très belle église de Maca, que nous avons également visitée.

Maca Village
En chemin, quelques flamants roses
En chemin…

Notre tour de la vallée de Colca se terminait donc et on reprenait un autre autobus, cette fois en direction de Puno et du Lac Titikaka. Nous allions passer un séjour sur l’île Amantani en plus d’avoir un bref aperçu de la façon dont vivent les habitants sur les îles flottantes.

Les habitations sur les îles flottantes. Les îles sont ancrées pour ne pas qu’elles se déplacent illégalement en Bolivie à cause des courants…
Des habitants des îles flottantes
Des poissons pêchés par les habitants de l’île.

Le tour guidé des îles flottantes et la nuitée à l’île Amantani sont pour moi marqués d’un immense malaise. Le fait d’être accueillis chez des gens qui vivaient dans une pauvreté évidente, d’y dormir, d’y manger, c’était pour moi un non-sens. Même si ces familles sont payées pour nous recevoir, je sentais que ça aurait plutôt été à nous de leur offrir quelque chose… Le choc culturel était tellement grand, nous n’avons pas ressenti de véritable connexion mais plutôt une immense distance. Après avoir recueilli plusieurs commentaires d’autres personnes au matin, ce sentiment semblait unanime. Point positif, la vue incroyable du Lac Titikaka au sommet des îles. Mine de rien, situées à 3500m d’altitude, la montée ne fut pas sans effort.

Cecilia, notre mama du jour sur les îles Amantani du lac Titikaka
Point de vue au sommet de l’île Amantani

Éric qui savoure le moment…

Après tout ce voyagement, nous repartions de nouveau en autobus de nuit. Très mauvaise nuit avec plusieurs arrêts en chemin et des passagers turbulents. Retour à Cusco pour y passer un peu de temps et relaxer avant notre dernier point sur l’itinéraire, Vinicunca Mountains, communément appelées Rainbow Mountains. La route pour se rendre en minibus touristique est à flanc de falaise et c’est pas pour les peureux… On avait lu sur le sujet et étant un peu familiers avec ce type de route rencontrées auparavant dans d’autres voyages, et comme bien sûr ça nous aurait pas empêchés d’aller voir les montagnes, il fallait passer par là! J’avoue avoir eu les mains moites à quelques reprises…
Sur place, on débute la montée et c’était (pour ma part) très difficile. Même après deux semaines, mon organisme n’était pas encore adapté à l’altitude et malgré le fait que je sois en forme, on ne sait jamais comment le corps va réagir dans de telles conditions. Donc, montée très lente… Tout au long, des montagnards nous offraient des chevaux pour franchir le reste et plus on avançait dans la montée, plus le prix descendait. J’ai bien failli flancher à plusieurs reprises, mais non! Il faut dire que le sommet se trouve à pas moins de 5200m d’altitude, c’est donc le plus élevé de notre voyage et en fait… de ma vie! Rainbow Mountains, c’était LE coup de cœur Pérou, malgré ma forte migraine (symptôme de haute altitude), je ne retiens que les paysages spectaculaires.
**Ne croyez pas aux couleurs ultra saturées des images google, c’est de la triche!**

Vinicunca mountains, Rainbow mountains

Nous aurions pu continuer la randonnée une vingtaine de minutes jusqu’à la Vallée rouge, mais nous avons opté pour le repos et la contemplation au sommet. Même s’il y avait relativement beaucoup de monde, ça nous a nettement moins affectés qu’au Machu Picchu, peut-être parce que le sentier était large…
Nous voulions vivre l’expérience à cheval, ce fut donc notre choix pour la descente et c’était une merveilleuse idée. Le cheval permet de profiter à 100% du panorama exceptionnel sans s’inquiéter de trébucher parce qu’on regarde en l’air! Je le recommande, et mon guide était super sympa (merci Romolo et Ahi le cheval). Je tiens à mentionner que même si j’ai eu de la difficulté, je crois qu’avec une bonne adaptation, tout le monde peut le faire. Ce n’est pas un terrain difficile!

Vinicunca mountains, Rainbow mountains

C’était sur cette dernière aventure que notre voyage prenait fin. Direction Cusco pour une journée sans rien de vraiment planifié, ça fait du bien! Après avoir flâné dans les ruelles et fait quelques achats souvenirs en laine d’alpaga, nous avons décidé de répéter l’expérience de la balade à cheval pour aller visiter des ruines aux alentours de Cusco.
Je termine sur ces quelques dernières images captées ici et là à Cusco. N’hésitez pas à m’écrire ou partager un commentaire!

Cusco
Balade à cheval
Petit chaton curieux rencontré lors d’une balade.
Cusco

Un sympathique musicien et son kiosque.
Chef de meute…