La Havane

janvier 5, 2020

La Havane: orgie de couleurs, d’arômes, de textures, de sons et de musique.

L’air chargé de l’odeur des déchets cède soudainement aux effluves des nombreuses voitures d’époque. Sillonnant les rues de la ville à coups de klaxon, les rutilantes bagnoles nous transportent dans l’ambiance des années 50, années dans lesquelles La Havane est demeurée figée. À leur bord, des touristes souvent festifs, des amoureux ou des gens qui rêvaient simplement d’une petite balade dans un de ces bolides authentiques.

À travers la foule éclectique et colorée, la splendeur des bâtiments en ruines laisse deviner les jours de prospérité et de richesse qu’a vécus la capitale à une certaine ère.

Parfois restaurés, mais souvent laissés à l’abandon, les immeubles et maisons sont pris d’assaut par la nature qui reprend tranquillement possession des lieux. Les plantes poussent sur les toits, la mousse grimpe sur les murs, écaillant le ciment et découvrant les divers motifs appliqués au fil du temps.

Un endroit à découvrir

Des œuvres d’artistes de grand talent sont exposées ici et là dans les rues, ajoutant encore plus de couleurs au décor déjà comblé. L’art prend une place importante à Cuba et les mélanges culturels liés à son histoire en font une destination certainement attirante pour les amateurs de peinture, sculpture ou artisanat.

L’imagination et le sens artistique des Cubains est indéniable! Ayant peu de ressources matérielles, tout est réutilisé, ils donnent ainsi une seconde vie à des objets du quotidien qui auraient vite pris le chemin de la poubelle chez nous. Les restaurants en font bon usage au niveau de la décoration; des roues de vélos deviennent de somptueuses lampes, des barils de métal sont transformés en étagères, des instruments de musique inutilisables renaissent en luminaires. Le tout agencé avec goût et dans un esthétisme digne des restaurants les plus branchés de la 3e Avenue!

Si les Cubains sont fort chaleureux, il faut tout de même savoir que, la plupart du temps, quand ils abordent les visiteurs, c’est pour les persuader d’acheter quelque chose. «Souvenirs?, taxi?, cigares?, whe’re you from?, pizza?, deal for you!», tout est prétexte à créer un contact. Une fois la conversation engagée, il est plus difficile de s’en échapper… comme je n’arrive pas à ignorer les gens, le mieux que j’ai trouvé à faire a été de sourire et de faire non d’un signe de la main sans ralentir mon pas. Leur approche ne varie pas beaucoup et une journée à La Havane suffit pour déceler la majorité de leurs astuces. Il est par contre tout à fait possible d’avoir des rencontres enrichissantes avec les gens croisés par hasard, et c’est à ce moment un grand bonheur.

Bien sûr, je n’avais pas placé La Havane sur mon itinéraire au hasard. Sachant que la population de chats y était nombreuse, j’étais fébrile à l’idée d’en capter quelques-uns dans ces décors étonnants. Même s’ils sont plutôt sveltes (maintenant de retour, je trouve mes chats obèses), la plupart semble en relativement bonne santé et ce qui m’a le plus étonnée, c’est qu’ils étaient souvent très affectueux. À un tel point qu’il m’était difficile de les prendre en photo puisqu’ils venaient tous vers moi pour se faire caresser!

Pour son «beautiful chaos», son esthétisme, son authenticité et son côté organique, La Havane a littéralement comblé mon cœur de photographe.

Recommandations:
– Pour sa localisation, son allure authentique et la gentillesse du propriétaire : Le airbnb de Jérôme
– La pizza du 5 Isquinas
Le Dandy restaurant
– Le poulet au curry du VanVan
– Acheter une carte Wifi dans un hôtel à utiliser sur place, pas mal plus facile que d’acheter celles dans les commerces et ensuite tenter de trouver un Hotspot disponible!

Voici donc mon article visuel sur La Havane, bon visionnement!

Certains parcs semblent accueillir les chats et des gens s’affairaient à les nourrir lors de mon passage.

  

Le chat du boucher, en tout cas, lui il ne manque pas de bouffe!

Les chats sont omniprésents dans beaucoup d’œuvres et dans le street art cubain.

 

Sublime texture!
Texture.
Les puissantes vagues se fracassent sur le muret, arrosant une bonne partie du trottoir.

Après la pluie le beau temps, mais en attendant, cette flaque d’eau ne semble pas incommoder ce chat!
Cuchi Cuchi, le chat borgne de l’artiste fort sympathique, Angel Norniella. Cuchi Cuchi aurait eu un accident il y a quelques années. Malgré la perte d’un œil et de sa vision complète, les bons soins de ses maîtres ont permis de lui donner une bonne vie. Il touche le cœur de tous les passants, si vous arrêtez à la galerie d’Angel, vous risquez fortement de le croiser!
Angel Norniella et Cuchi Cuchi qui posent devant la galerie de l’artiste.
Les nombreux oiseaux dans l’arbre ont accaparé l’attention de ce chaton.

Parions que les oiseaux ont la vie dure à La Havane.

En ouvrant bien l’œil, on peut voir beaucoup de chats dans les parcs!

J’ai dérangé ce chat dans sa sieste!
Les gentils chats des parcs.

Marina! La gentille petite chatte qui a passé un long moment avec nous, à se faire caresser et photographier. Une dame du nom de Laeticia m’a dit ceci en riant : «C’est Marina, elle est tellement gentille! Tu n’as pas de place dans ton sac à dos pour la ramener chez toi?»
Paseo del Prado, magnifique.

Ce chaton avait l’air de bien aimer sa maîtresse, il était toujours dans ses jambes! Quelqu’un a pris soin de sa blessure, ça laisse supposer qu’on s’occupe bien de lui.

Le parc central au coucher du soleil. De toute beauté.
Lever de soleil sur la terrasse de notre Airbnb.
Le chat le plus surpris de La Havane.
Le décor du Dandy restaurant.
Ce chaton avait l’air le bienvenu dans ce commerce.
Ce monsieur a gentiment accepté que je prenne une photo de lui.

Ce monsieur me voyait prendre des photos des chats dans la rue quand il s’est mis à crier «photo! photo!», en pointant son chat. Je me suis dépêchée à prendre l’image puisque le chat en question n’avait pas l’air très à l’aise!
Des oiseaux en cage, un peu partout dans la ville.

Les chats et chiens semblent s’accepter avec même une certaine indifférence. Ici, les deux se partagent la chaleur d’un rayon de soleil.

Le street art est très populaire, on y retrouve de vrais chefs-d’œuvre.
Petit chaton caché

 

Du toit des hôtels centraux, on peut avoir un panorama exceptionnel de la ville, en plus de profiter de la piscine et du bar! Pourquoi pas après une longue journée de marche dans les rues…

© Tous droits réservés, Geneviève LeSieur / Le contenu de ce site Internet (textes et images) est protégé par le droit d’auteur. Il est interdit de le reproduire, intégralement ou partiellement.

Publication précédente Caroline et les chats
Publication suivante Viñales, Cuba